{Interview} Bie Buelens et Michel Vermaerke à propos des BeCommerce Awards

Awards / News / Retail

Une première pour les BeCommerceAwards : cette année, ce n'est pas une, mais deux personnes qui présideront le concours. Bie Buelens, CEO de RetailDetail, est le nouveau visage du jury et s'assiéra aux côtés de MichelVermaerke, fondateur et directeur général d'Alio Consilio, en tant que coprésident des BeCommerce Awards. Avec les 9 membres du jury, ils éliront la meilleure boutique en ligne de notre pays en octobre. Pour rappel, il existe également un prix distinct pour la meilleure campagne publicitaire dans le domaine du commerce électronique.

Mme Buelens, tout d'abord, félicitations pour votre nomination en tant que coprésidente du jury des BeCommerce Awards, une fonction que vous occuperez avec Michel Vermaerke. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours et votre expérience ?

Je suis une femme heureuse de 57 ans avec 37 ans d'expérience dans la vente de vêtements. Je suis actif dans ce monde depuis 1986. D'abord chez Mexx, où je supervisais l'ensemble des activités de vente de retail. J'ai également travaillé à Paris. Puis je suis allée chez Zara, ils m'ont demandé de les soutenir sur le marché belge. À cette époque, Zara n'était pas encore un grand nom dans notre pays. J'ai donc aidé à faire de Zara le grand nom qu'il est aujourd'hui. J'ai ouvert un magasin phare pour eux à Gand et à Anvers, entre autres. De là, je suis allé chez WE en tant que district manager des magasins pour hommes et femmes en Belgique. J'ai vécu la transformation complète de WE de HIJ et ZIJ. Ensuite, j'ai travaillé chez Euroshoe en tant que business unit manager de Shoe Discount (Bristol), qui comptait à l'époque 200 magasins en Belgique. Après 2 ans, j'ai été promu au poste de COO pour toutes les chaînes belges : Primo, Shoesinthebox, Shoediscount,... Je suis ensuite devenu COO du Benelux et j'ai vécu à Amsterdam pendant une dizaine d'années. Puis je me suis retrouvée chez Van Haren, une division de Deichmann. C'est le plus grand retailer de chaussures au monde avec 2700 magasins. J'ai élaboré un plan d'affaires pour les faire atterrir en Belgique également. Le CEO m'a demandé d'élaborer un tel plan et, une fois celui-ci terminé, il m'a donné le feu vert. C'est ainsi que les 16 premiers magasins en Belgique ont été déployés. J'ai également dirigé l'acquisition de Brantano. Enfin, je suis devenu CEO de RetailDetail. Je suis une retailer dans l'âme, mais parce que je suis ici maintenant, je me retrouve dans une communauté B2B où je peux voir l'autre côté de l'histoire et rencontrer des gens sympas. Pour moi, c'est synonyme d'un environnement enrichissant avec des événements organisés et de nombreuses personnes intéressantes qui y participent.

Michel Vermaerke, je viens à vous avec la même question : quel est votre parcours ?

Je suis un bâtisseur de ponts. J'essaie de rassembler les gens en coulisses et de créer une influence. J'ai commencé ma carrière en Amérique à un âge relativement jeune, puis j'ai reçu une offre pour devenir conseiller juridique international de la Générale de Banque à l'âge de 25 ans, qui était la plus grande banque du pays à l'époque. En outre, la vente en gros de produits financiers est mon domaine d'expertise. J'étais secrétaire général de Belgacom (aujourd'hui Proximus). Après cela, j'ai fondé Febelfin et occupé le poste de CEO. À ce jour, Febelfin est la seule fédération en Europe qui représente non seulement des banques mais aussi plusieurs institutions financières non bancaires. Ensuite, ils m'ont demandé de devenir le président du Comité européen pour la restructuration du secteur bancaire européen. Il y a environ cinq ans, j'ai créé mon propre cabinet de conseil. Je suis également très actif dans trois domaines : 1) Je fais office de caisse de résonance et de "connecteur" dans les coulisses pour les présidents et les directeurs généraux en matière de gouvernance stratégique et de dossiers délicats dans le monde financier, artistique, technologique, etc. 2) J'ai des mandats en Belgique, au Luxembourg et au niveau européen : par exemple, je suis administrateur indépendant du réseau hospitalier d'Anvers, le plus grand groupe hospitalier d'Europe, et membre de plusieurs comités. 3) Je veux aussi contribuer à un monde meilleur. Je considère que BeCommerce est ce troisième domaine. Je considère également mes engagements au niveau européen, par exemple en tant que directeur du Comité des migrations de la FEB. Je me suis également lié à des entreprises sur des réseaux contre la pauvreté, la migration, le conseil d'administration de Jean Monnet... Président du festival Klara, Fondation Reading,...

Michel Vermaerke

Retrouvez l'interview en entier (en néerlandais) sur Pub.be !