Un laboratoire à plein régime

Articles traduits

Jusqu'à récemment, qui disait « média » et « Malines » pensait immédiatement à Sanoma. Mais cette entreprise médiatique a vendu un grand nombre de ses parts au Persgroep Publishing et au Roularta Media Group.  Pourtant, la ville au bord de la Dyle continue d'abriter de nombreuses autres entreprises médiatiques. - Evy Van Ruyskensvelde

Sanne Devisscher (De Nieuwe Maan) : « Les analyses de marché montrent que 66,8 % des habitants de Malines lisent régulièrement le magazine De Nieuwe Maan. »

Sanne Devisscher (De Nieuwe Maan) : « Les analyses de marché montrent que 66,8 % des habitants de Malines lisent régulièrement le magazine De Nieuwe Maan. »

Les marques féminines et les départements correspondants de Sanoma sont hébergés par Roularta Media depuis juillet. Les bureaux de Malines se sont soudainement vidés. Le moment est donc mal choisi pour un entretien avec Sanoma, mais cela n'atténue en rien l'enthousiasme des médias. Depuis 2009, un média s'intéresse à Malines et ses habitants : De Nieuwe Maan. Avec une portée de 89,2 %, le magazine de la ville de Malines, distribué dans les boîtes aux lettres, jouit même d'une très bonne situation dans la région. « Les analyses de marché montrent que 66,8 % des habitants de Malines lisent régulièrement le magazine. Et ils admettent même que le magazine leur manquerait s'il venait à disparaître, » déclare Sanne Devisscher, coordinatrice de rédaction du Nieuwe Maan. « Bien sûr, ceci est dû au fait qu'outre des informations politiques, nous abordons de nombreux points à l'ordre du jour et écrivons sur des événements locaux. Or, les gens aiment savoir ce qui se passe dans leur ville. » Mme Devisscher voit beaucoup de potentiel dans la ville de la cathédrale Saint-Rombaut. « Malines est en train de se revitaliser, et cela se sent. Ses habitants sont très actifs et innovants... Il est très agréable d'écrire sur cette ville. Cela se remarque également au nombre de blogs sur Malines. Mechelenblogt est l’un des plus connus, j'en retire moi-même de nombreuses informations. »

Outre les informations politiques, De Nieuwe Maan abordent les événements locaux.

Outre les informations politiques, De Nieuwe Maan abordent les événements locaux.

Un bouillonnement d'idées

Jeroen Verlooy (RTV) : « Depuis 2016, RTV dispose d'une antenne à Malines. »

Jeroen Verlooy (RTV) : « Depuis 2016, RTV dispose d'une antenne à Malines. »

Pour RTV, la chaîne régionale de la Campine et de Malines, la ville est surtout intéressante d'un point de vue stratégique. « Malines est la plus grande ville de notre zone de diffusion. Si nous parlons de Malines, beaucoup de monde est concerné, » explique Jeroen Verlooy, rédacteur en chef de RTV. La chaîne a été lancée dans les années 1990, à l'origine sous le nom de TV Kempen, mais s'est plus tard élargie à la région de Malines. La rédaction se trouve depuis longtemps à Westerloo, à la frontière entre les deux zones, mais dispose également d'une antenne à Malines depuis 2016. « Chez RTV, nous avions l'impression que dans la région de Malines, nous étions encore perçus comme la télévision régionale de la Campine, qui couvrait également Malines un peu par hasard. Or, nous voulions également être considérés comme une chaîne malinoise. À cela s'ajoutait le fait que nous devions faire l'aller-retour chaque jour. Nous avons donc décidé, voici deux ans, d'ouvrir une antenne dans la ville. » Une équipe permanente de quatre personnes y travaille en alternance. « Ca les rend très reconnaissables, et les Malinois savent à qui s'adresser. Comme c'est par exemple le cas des politiques et des membres d'associations. » Quoi qu'il en soit, d'après Jeroen Verlooy, ce ne sont pas les sujets qui manquent. « Malines est une ville intéressante en soi, et comme toute autre grande ville, elle possède une sorte de fonction de laboratoire : les idées s'y développent, et sont ensuite adoptées par les villes ou communes plus petites. »
Soutien des autorités

Bjorn Van Win : « Aucun événement ne passe à la trappe. »

Bjorn Van Win : « Aucun événement ne passe à la trappe. »

Bjorn Van Win, employé chez Radio Reflex, est du même avis : « Avec ses 86.000 habitants, il y a toujours quelque chose à raconter sur Malines ! » Radio Reflex est la station de radio indépendante locale la plus ancienne (elle a été fondée en 1er novembre 1980) de la ville et n'a jamais appartenu à une chaîne. « Notre lien avec la population locate n'en est que renforcé, » continue M. Van Win. « Aucun événement ne passe à la trappe. Il se peut que nous en parlions par le biais d'une vidéo sur Facebook ou d'une interview sur notre site Internet. » Outre Radio Reflex, Opsinjoor est également une station de radio entièrement locale. Il semblerait donc que la ville de Malines soit intéressante pour les médias. « En tout cas, la ville a toujours mis cet aspect en avant, » conclut Jeroen Verlooy de RTV. « Sanoma est venue s'établir avec toute une série de petites entreprises de production, et la ville a toujours tenté de les soutenir. J'oserais même dire qu'elle veut se poser en ville médiatique. » Autre chose : pendant les deux années à venir, les Belgian Event Awards seront décernés à Malines. Une occasion exceptionnelle pour Malines de promouvoir la ville et ses partenaires en présence de 600 organisateurs d'événements d'entreprises et d'agences événementielles.

Radio Reflex dispose aussi d'un studio mobile pour couvrir les événements locaux.

Radio Reflex dispose aussi d'un studio mobile pour couvrir les événements locaux.

 
Légendes :
« Malines veut se poser en ville médiatique, » raconte Jeroen Verlooy de RTV.  
Bandeaux :
 « Malines est en train de se revitaliser, et cela se sent. » - Sanne Devisscher
« La ville a une fonction de laboratoire. » - Jeroen Van Looy
« Il y a toujours quelque chose à raconter sur Malines. » - Bjorn Van Win